Le musée de la guerre de Narvik

En dépit de ses impressionnants fjords, Narvik est une ville du nord de la Norvège qui manque aujourd’hui un peu de cachet. Son centre-ville est peu animé et il ne marque généralement pas les esprits des voyageurs. Au fond, Narvik devrait peut-être même être perçu comme un lieu de passage plutôt qu’une destination en soi. Malgré tout, si vous êtes dans les parages, un endroit précis de la ville mérite à mes yeux vraiment d’être visité : le musée de la guerre, qui relate l’histoire passionnante (et relativement surprenante) de la Seconde Guerre mondiale dans la région.
blog-norvege-narvik-2
Narvik, une ville presque quelconque

La Norvège et la Seconde Guerre mondiale

À cette époque, au début des années 1940, Narvik occupe une place stratégique déterminante. Son port ouvert sur la mer de Norvège attire les convoitises internationales pour 2 raisons principales : en plus d’être libéré des glaces tout au long de l’année, contrairement à ses homologues de la mer Baltique, il a aussi l’avantage d’acheminer quotidiennement une énorme quantité de fer provenant des mines de Kiruna en Suède. Contrôler le port de Narvik revient donc à s’approprier facilement le minerai suédois, une matière première indispensable pour pouvoir continuer (et espérer gagner) la guerre. Cela, les Allemands le comprirent rapidement et essayèrent de tirer leur épingle du jeu dès avril 1940.

blog-norvege-narvik-3
La situation au 10 juin 1940

La bataille de Narvik, qui débuta ainsi le 9 avril 1940 avec l’invasion allemande de la ville et se termina le 8 juin 1940 avec le départ précipité des Alliés, est souvent présenté – à juste titre – comme un épisode important de la Seconde Guerre mondiale en Scandinavie. Après avoir combattu en mer du 9 au 13 avril, les différentes forces armées s’affrontèrent aussi sur terre du 9 mai au 18 juin. Le Royaume-Uni, la France ainsi que la Pologne vinrent épauler la Norvège face aux agressions du Troisième Reich. Mais alors que les Alliés avaient repris les choses en main en encerclant et retranchant la Wehrmacht, la situation critique en France obligea les troupes alliées à battre en retraite et à laisser la ville norvégienne aux mains des Allemands, qui restèrent finalement sur place jusqu’en 1945. Malgré cette première victoire alliée de mai 1940, Narvik fut alors bel et bien envahie par l’Allemagne pendant une majeure partie de la Seconde Guerre mondiale.

Un musée comme lieu de mémoire

Le musée, ouvert en 1964 et en grande partie financé par la Croix Rouge, se concentre sur ce sujet. Son objectif est d’éduquer les plus jeunes, de commémorer les soldats tombés, d’expliquer et de comprendre la guerre, de diffuser des faits aussi objectifs que possible et de sensibiliser. En plus de l’aspect purement militaire, le musée se concentre aussi sur le rôle des médecins et des infirmières pendant le conflit, sur le destin des prisonniers de guerre ayant été enfermés dans le camp voisin de Beisfjord, sur les droits de l’homme et sur le quotidien oppressant de la population civile. Des uniformes, des armes, des photos, des médailles, des plans, des affiches de propagande, des véhicules, des drapeaux et de nombreux objets authentiques sont visibles et permettent de se replonger dans une époque pas forcément si lointaine.

blog-norvege-narvik-5
L’aigle et la croix gammée, symbole de l’occupation

Bien que relativement simple et petit, le musée demeure riche et complet. Les détails y sont nombreux et ils permettent de voir différemment toutes ces petites histoires qui font l’Histoire.

Pour aller plus loin
Fermé pour travaux. Réouverture du musée prévue le 7 juillet 2016.
Plus d'information sur le site du musée (en anglais)
En savoir plus sur le nord de la Norvège
 
© photo principale : Léon Fuchs © photos article : Léon Fuchs