La saga du rollmops

En Norvège, le bocal de rollmops fait presque partie du kit de survie ! C’est un peu l’équivalent de la fameuse boîte de pâté Hénaff omniprésente dans nos placards… Les Norvégiens en ont toujours en stock chez eux et même sur eux quand ils voyagent, partent en pique-nique, etc. Mais quel est donc ce mets et d’où vient-il ? Pourquoi un tel succès ? Comment déguste-t-on les rollmops et comment les préparer soi-même ? Petite saga pratique du rollmops, recette à l’appui.

Le rollmops en bref

Commençons par définir ce que contient un bocal de rollmops : des harengs entiers fendus par le milieu et dépouillés de leurs arêtes, roulés autour d'un cornichon et conservés dans une marinade à base de vin blanc ou de vinaigre.

L’origine de cette marinade remonte au Moyen-Age quand les marins de l’Atlantique nord éviscéraient les poissons sur les bateaux avant de les stocker en fûts dans la saumure. Ils les apportaient ensuite jusqu'aux ports pour nourrir la population pendant l’hiver. Particularité norvégienne : la marinade est souvent sucrée. À l’eau salée, au vin blanc, au vinaigre ou à la moutarde, on ajoute un peu de sucre ou un autre agent adoucissant.

Une paternité disputée

Plusieurs nations revendiquent l'invention du rollmops mais ses origines restent floues. L'étymologie du mot rollmops elle-même n'est pas tranché. Le mot viendrait tantôt du néerlandais rol m op, tantôt de l’allemand rollen (enrouler) et mops (carlin). Un chose est certaine : le rollmops est consommé avec autant d’appétit dans les pays scandinaves qu'en Allemagne ou aux Pays-Bas. Affaire à suivre…

Les raisons du succès

Pourquoi le succès de ces petits harengs enroulés autour d’un cornichon résiste-t-il au temps et aux modes gastronomiques ? Tout d’abord parce que les rollmops sont bons pour la santé ! Alors que leurs cousins les saumons souffrent d’élevage de masse et d’injection d’antibiotiques à gogo, les harengs se pêchent en haute mer et gardent intact leur riche apport nutritionnel. Le hareng regorge en effet de bonnes choses : protéines, vitamines A et D, phosphore, acides gras oméga-3 et sélénium

Outre leurs vertus nutritionnelles, les rollmops sont tous simplement succulents et s’accordent à tous les repas et un peu à toutes les sauces. D’ailleurs, on peut les cuisiner soi-même et préparer ses propres bocaux pour l’hiver ! Voici une petite recette facile pour les nostalgiques des rollmops des brunchs norvégiens au pied des fjords…

Réaliser soi-même ses rollmops à la norvégienne

Ingrédient pour 4 personnes

  • 4 harengs extra frais en filet écaillés et nettoyés
  • 50 cl de vinaigre blanc
  • 3 oignons blancs
  • 2 carottes
  • 3 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 1 feuille de laurier
  • 4 gros cornichons
  • 7 grains de poivre
  • 10 grains de coriandre
  • Petits piques en bois

Préparation des rollmops

Dans une casserole, mélanger et faire chauffer 250 ml d'eau froide avec le vinaigre, le poivre, le laurier, le sucre, les grains de coriandre et de poivre. Retirer du feu dès que la préparation frémit.

Rincer et éplucher les carottes, les couper en 4 dans le sens de la longueur.
Peler et émincer les oignons. Couper les cornichons en 2 dans le sens de la longueur.

Disposer à part égale sur chacun des filets de harengs : carottes, cornichons, rondelles d'oignons. Rouler et maintenir les filets à l'aide d'un pique en bois.

Dans un bocal à conserve en verre, placer délicatement les rollmops et verser la préparation au vinaigre encore chaude. Bien fermer votre bocal et laisser mariner au frais 3 jours minimum avant de déguster.

Après ouverture, vous pouvez conserver vos rollmops maison 2 à 3 semaines au réfrigérateur. Le tour est joué et vous aurez un petit bout de Norvège dans votre frigo !

Pour les moins aventuriers, achetez-les tout prêts : en France, la marque Simon Dutriaux est un incontournable. En Norvège vous aurez l’embarras du choix…